skip to Main Content

Partenaire de Scarabée Biocoop : Scarabio Festival

Scarabio Festival  » Bienvenue dans ma maison bio !  »  à la Halle Martenot le 8 septembre 2019, organisé par Scarabée Biocoop

Scarabio ? Evénement Scarabée où découvrir les projets de Biocoop, ses valeurs à travers un marché des producteurs locaux et les partenaires, des ateliers, rencontres, animations…

Dans les pièces d’une maison bio, vous venez à la rencontre des habitants (partenaires) dans les différents espaces : salon, salle de bain, jardin, garage et cuisine (FrigoTroc)

 

Participation à divers événements à Rennes sur la thématique globale de solutions alternatives à la
consommation et au gaspillage qu’elle implique ainsi que des systèmes solidaires et sociaux.
Le but étant de promouvoir FrigoTroc, le présenter, expliquer son principe aux visiteurs, répondre
aux questions sur son usage et amorcer un dialogue -non moralisateur- sur nos modes de
consommation pour amener à la réflexion et puis les inviter à rejoindre la démarche FrigoTroc et à
devenir acteur de cette initiative.

et :

Mini-Conférence « J’me Présente » Comment associer solidarité et lutte contre le gaspillage alimentaire ?

« Bonjour à tous, J’me Présente : Pauline, Volontaire en Service Civique à l’association BUG à la
Maison des Associations à Rennes (depuis février). Je vais vous présenter le parcours qui m’a
amenée à la mission du FrigoTroc et je vous expliquerai ce qu’est le FrigoTroc et pourquoi
l’utiliser.

Pour commencer, comment la graine anti-gaspi a germée en moi ?

Il y a quelques années, j’ai adopté un régime alimentaire végétarien, j’ai cessé de manger de la
viande puis je suis devenue végétalienne, j’ai ajouté les produits provenant d’animaux à ma liste
(laitages, œufs, miel…) et j’ai appliqué ça à mon mode de consommation en général en devenant
vegan (pas de chaussures en cuir, de manteaux en fourure, pas de spectacles exploitant les animaux,
pas de cosmétiques testés sur les animaux…), entièrement convaincue par la cause animale.

Puis, j’ai pris connaissance du minimalisme et de la règle des 5R : Refuser, Réduire, Recycler,
Réparer, … et je tente d’adopter ces principes au quotidien, notamment en vivant avec uniquement
ce dont j’ai besoin et en évitant le superflu qui pollue nos intérieurs.

Ensuite, je me suis intéressée au zéro déchets en cherchant comment réduire la quantité de déchets
jetée au quotidien. Cela passe par des gestes simples du quotidien comme mettre ses épluchures de
fruits et légumes au compost, refuser le sac en papier chez le boulanger, faire ses courses avec un
sac réutilisable pour éviter d’en utiliser un neuf à chaque fois, acheter en vrac autant que possible
pour minimiser les déchets d’emballage, préférer le durable au jetable comme les mouchoirs en
tissu plutôt qu’en papier, utiliser une tasse plutôt qu’un gobelet en plastique jetable, boire l’eau du
robinet et non en bouteille d’eau, apposer un autocollant « STOP PUB » sur la boîte aux lettres,
penser aux produits écolabellisés pour le nettoyant vaisselle et produits d’hygiène en général car
cela garantit que le produit a un impact réduit sur l’environnement tout au long de son cycle de vie,
au lieu de jeter un vêtement, le déposer dans une cabane à dons pour qu’il soit réutilisé, cuisiner
chaque jour des aliments frais et sains en comparaison aux plats préparés industriellement et suremballés…

Chaque habitude est à revoir au quotidien pour réduire ses emballages.

Par ailleurs, j’utilise toute sorte de systèmes pour éviter le gaspillage. Par exemple, j’ai déjà
fabriqué une éponge tawashi en tissu de récupération. Je fabrique ma lessive maison, soit au lierre
soit au savon de marseille. J’ai testé un site de troc qui propose d’échanger des objets dont on a plus
besoin contre d’autres qui nous sont utiles. Je dépose des objets ou vêtements qui ne me servent
plus dans des cabanes à dons pour leur donner une seconde vie. J’ai déjà expérimenté le glanage
également, ce qui consiste en récupérer des fruits et légumes déclassés du marché et encore bons à
la consommation puis les accomoder en cuisine. J’ai testé les paniers Graapz qui sont des paniers de
fruits et légumes invendus bradés par les commerçants.

Et puis, je fabrique certains cosmétiques moi-même tels que le dentifrice, le déodorant, le
shampooing…dans le but d’utiliser des produits sains, naturels, écologiques et économiques, en
évitant les produits chimiques, industriels comportant des composants nocifs et toxiques pour
l’organisme.

Je privilégie également des produits bio pour les cosmétiques et de plus en plus pour le reste des
produits.

Petit à petit la graine a germé, et a grandi au fil des mois et des années…jusqu’à ce que la 1ère
pousse commence à jaillir de terre… :

Pendant longtemps, je me suis cherchée et parmi cette quête de voie professionnelle, j’ai tapé à de
nombreuses portes sur mon chemin. Et à un moment donné, j’ai découvert deux associations : Au
P’tit Blosneur et Breizhicoop et me suis intéressée à leurs vies en interne, leurs activités auxquelles
j’ai pû participer…et puis un jour j’ai assisté à la présentation d’associations de l’économie sociale
et solidaire, les valeurs présentées me parlaient et me plaisaient…et là, ce fut le déclic ! Je ne voulais
plus être spectactrice de ces acteurs aux belles valeurs, je voulais devenir à mon tour, actrice d’un
projet ESS. L’idée a ainsi jailli de faire un service civique dans ce domaine et j’ai rapidement trouvé
la mission du FrigoTroc qui correspondait à mes valeurs.

Concrètement, mon rôle est de valoriser le FrigoTroc, le mettre en avant, en parler, le visibiliser au
près du public.
Pour se faire, j’anime des stands d’information sur des événements comme le banquet des
récupérables, le scarabio festival, le village des possibles, les rencontres de l’ess où j’informe les
visiteurs des usages du FrigoTroc.
Je communique largement et par divers biais sur la démarche FrigoTroc.
J’échange également régulièrement avec divers interlocuteurs et partenaires pour divers motifs
(approvisionnement, logistique, événements, communication, …)
Je peux être amenée à démarcher des structures pour leur proposer un FrigoTroc.
Je coordonne certaines démarches, rédige certains documents etc

Pour en venir au FrigoTroc, le FrigoTroc en soit est un principe solidaire et social de lutte contre le
gaspillage alimentaire. Concrètement, ce sont des réfrigérateurs ou garde-manger partagés installés
à la disposition des Rennais, en libre-accès où chacun peut déposer ou se servir de nourriture et ce
sans conditions de ressources.

Les aliments sont des aliments non consommés et encore consommables, ce qui évite le gaspillage
alimentaire et permet de réduire les déchets et de préserver l’environnement par extension.
Il faut savoir que 12 à 20 milliard d’euros sont dépensés pour les ménages français en gâchi
alimentaire et que 41200 kg/ seconde de nourriture sont jetés dans le monde, soit un tiers de la
production alimentaire qui est jetée !

A quelles occasions ? Vous pouvez déposer un aliment quand vous savez que vous n’allez pas le
consommer notamment avant de partir en week-end, vacances, déménagement… vous vérifiez que
l’aliment est autorisé dans les frigo partagés (un mode d’emploi est prévu à cet effet) et vous collez
une étiquette avec votre nom, la date du jour, le nom du produit. (les étiquettes sont fournies par la
structure) et vous pouvez vous servir dans le frigo si un aliment vous intéresse. Vous pouvez vous
servir sans déposer ou déposer sans vous servir, le principe étant circulaire, une personne dépose,
une personne prend ensuite.

Vous pouvez y déposer ou y trouver des fruits et légumes, des féculents, des boîtes de conserve, des
jus, des sodas, du pain et des viennoiseries et vous n’y trouverez pas de viandes, poissons, produits
laitiers, produits entamés, aliments périmés, pas de produits frais !

Vous pouvez les trouver au Day by Day, rue St Hélier ; au Ptit Blosneur, à la MJC Bréquigny ; aux
centres sociaux de Villejean et Cleunay à Rennes et il en existe un à Montmorillon dans la Vienne.
Vous pouvez les retrouver sur le site internet.

Les horaires d’accès varient selon les structures.

Pour la petite histoire, Frigotroc était un projet a l’initiative d’un salarié de l’association BUG.
Celui-ci avait constaté que en Allemagne, en Suisse et en Belgique ce principe était à l’oeuvre et
qu’il était courant de croiser sur sa route un réfrigérateur partagé. En France, le principe de frigo
partagé existait déjà, dans l’idée d’un espace d’échange solidaire pour les plus démunis mais il
n’existait pas encore de frigo pour lutter contre le gaspillage alimentaire. C’est ainsi que l’idée est
née d’implanter des réfrigérateurs partagés à Rennes pour éviter le gâchis, trop présent dans nos
sociétés actuelles. L’évidence était là et a poussé à mettre en place ce projet.

Avant d’être présenté à la Fabrique Citoyenne de Rennes, le projet a été travaillé de longs mois, le
salarié portait ce projet. Il l’a présenté aux différents services de l’état pour que le projet soit
consenti par les administrations avant d’être mis à l’oeuvre notamment sur les questions sanitaires
et de sécurité alimentaire, il fallait que ça soit réglementaire.

De nombreuses réunions ont eu lieu pour se faire, des entretiens avec les services sanitaires de la
ville et j’en passe. Partager de la nourriture, implique une vigilance quant à ce que l’on va ingérer, il
allait de soit de présenter un concept sérieux, sécurisé et sécurisant pour les utilisateurs.
Ce pourquoi un mode d’emploi a été instauré avec les aliments qui sont autorisés et d’autres
interdits ainsi que des étiquettes de traçabilité que l’on colle sur les aliments déposés pour que le
preneur ait confiance dans l’aliment que la personne déposante lui a transmit.

Le projet a été proposé à la fabrique citoyenne de Rennes à la saison 1 en 2016 où il a recueilli un
nombre de votes élevé : l’idée à conquis les Rennais. Ceci a permit d’obtenir un budget participatif
qui finance les frais d’achat de réfrigérateur ou de construction de garde-manger.

S’en est suivi un démarchage de structures pour proposer d’installer des FrigoTroc. Certaines
structures ont demandé d’elles même à obtenir un FrigoTroc car le projet leur plaisait. Les Frigotroc
se sont implantés au fil du temps, un par un jusqu’à en compter 6 aujourd’hui, avec pour perspective d’en installer un ou
deux nouveaux courant 2020 et poursuivre sur cette lancée.

Et la pousse devient plante…

Pour terminer, je dirai que dans tout ça, ma plus grande fierté est de contribuer à agir pour une
société meilleure. »

P.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top